immobilier japon

L’immobilier au Japon, le pays de tous les contrastes

Investir est parfois, voir presque, toujours risqué quel que soit le domaine ou le contexte. Mais malgré cela, il est possible, grâce à une bonne analyse, d’en minimiser les pertes et cela est particulièrement vrai en immobilier. Une question qui se pose parmi d’autres dans ce domaine est de trouver un lieu idéal et propice au développement des gains sur les biens immobiliers.

Le Japon et sa situation vis-à-vis de l’immobilier

Le Japon est extrêmement connu pour ses nombreuses îles fournissant un contraste invraisemblable du point de vue des étrangers, mais aussi pour les habitants eux-mêmes. Autant de contraste offre déjà aux investisseurs une palette de choix quant à l’univers, l’environnement et surtout aux cibles à atteindre. En effet, la capitale Tokyo, fort de ses 13,5 millions d’habitants, est la plus grande mégalopole du monde, mais aussi et surtout la plus peuplée avec une densité d’environ 4500 habitants par kilomètre carré. En même temps, d’autres villes beaucoup moins peuplées comme Miyazaki ou Nagano arborent à peine 400 000 habitants et offrent ainsi une ambiance beaucoup moins rythmée et pesante.

Le pourquoi du comment

Pourquoi investir au Japon, un pays dont la capitale est tellement surpeuplée que le prix immobilier du mètre carré a littéralement explosé au cours de ces dernières décennies ? La réponse est multiple. En effet il existe une réponse pour chaque ville ou île du Japon. Si l’on considère le cas de Tokyo, le coût immobilier ferait fuir le premier investisseur venu. Et c’est là qu’un peu d’ingéniosité est de rigueur : si l’on ne peut s’étendre en longueur et en largeur, il suffit de s’étendre en hauteur. L’astuce qu’ont exploitée certains habitants est de louer une très petite surface, à peine quelques centimètres carrés, afin d’y placer des piliers dont le but est de soutenir une plateforme sur laquelle le bien immobilier en question sera bâti. De ce fait, pour un coût minime, il est possible d’accroitre de manière significative le rendu et le gain final. En même temps, pour le cas des villes moins dense, le problème des investisseurs reste le même que dans les campagnes d’ailleurs : les clients ne sont pas très nombreux. En réalité cela est un faux problème et la raison requiert elle aussi un peu d’imagination. En regardant les habitations des compagnes nippones, elles sont quasiment toutes traditionnelles et de fabrication artisanale. Nombreux sont les touristes qui, en voulant visiter ces lieux, se retrouvent à se loger dans des chambres d’hôtes improvisés. Ainsi investir dans ces villes aux allures de villages, bien que ne représentant que très peu d’intérêt pour la population locale, trouve tous ses bénéfices dans le tourisme. Pour conclure, donc, il est vrai qu’investir dans l’immobilier au Japon est un pari risqué, mais pour ceux qui ne manquent pas d’imagination, il est possible d’investir et d’en tirer un bénéfice conséquent sans toutefois se risquer dans des aventures trop périlleuses. Bien évidemment, d’autres pays pourraient faire l’affaire dont Dubaï ou le plus petit état européen par exemple, ou encore certains pays d’Asie.